Vous avez dit « joyeux »?

Et bien oui, je vous souhaite : « joyeux Noël » et « joyeuse année 2021 ». Et en disant cela, je ne méprise ni ceux qui sont malades, ni ceux qui les soignent, ni ceux qui sont en deuil, ni ceux qui sont ruinés ; au contraire, je pense à tous ceux pour qui la joie est un effort presque impossible.
Pourquoi ? Parce qu’un chrétien ne s’arrête jamais au vendredi-saint mais qu’il voit le dimanche de Pâques ; il peut trébucher sur la mort mais la vie va l’emporter ; il peut être blessé par la haine ou le péché mais l’amour et le pardon vont triompher. Quand j’étais recteur de la cathédrale et qu’on dressait la crèche, je mettais toujours en ombre chinoise une croix au fond du décor. En effet, ce mystère de la Nativité, du Fils de Dieu qui vient prendre notre humanité, prend tout son sens avec son grand frère, le mystère pascal.
Et en ce moment, même si l’ombre de la croix est forte, elle ne doit pas tout envahir et il faut garder ou retrouver l’espérance et la joie. La peur (même savamment entretenue) ne doit pas nous envahir.
Les célébrations de Noël seront spéciales cette année… Nous avons fait tout notre possible pour que chacun(e) puisse aller à la messe (pour mémoire, le père Latouche, le père Meignié, le père Bonnet et moi passerons notre soirée du 24 à célébrer chacun 2 ou 3 messes et de nouveau le 25 au matin). En échange, si j’ose dire, je vous demande d’être compréhensifs et de garder l’esprit de Noël : si vous constatez qu’une église est pleine, allez à la messe d’après, les horaires seront affichés sur la porte. Faites (comme nous) contre mauvaise fortune bon cœur.
Ensemble, nous passerons alors un joyeux Noël ! Et déjà, nous vous souhaitons une bonne et… joyeuse année 2021 !

P.Eric Lorinet